Emailing : quelques règles à respecter

La Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL) interdit toute forme de message commercial par e-mail sans le consentement du prospect. Cependant, tout n’est pas perdu si vous respectez les conditions et choisissez les bonnes alternatives.

Selon la nouvelle loi concernant la prospection commerciale, un e-commerçant n’a plus le droit de démarcher un internaute par e-mail sans son accord. Toutefois, nombreux sont ceux qui continuent à exercer cette pratique.

Vous souhaitez certainement savoir comment faire de la prospection sans que cela n’aille à l’encontre des mesures mises en place par l’État ! Avant tout, il faut d’abord bien connaître ces nouvelles lois et les sanctions auxquelles vous vous exposez en cas de non conformité.

Conditions de l’interdiction et exceptions

Pour prospecter par e-mail en toute légalité, il faut un consentement préalable de l’internaute. Aussi, la CNIL précise qu’une case pré-cochée du type « J’accepte de recevoir des offres commerciales de la part du site X » n’est pas valide à ses yeux.

Le prospect doit non seulement avoir la possibilité de donner son accord, mais également de décliner l’offre. Les e-commerçants doivent donc ajouter une option de désinscription en bas de l’e-mail.

Cependant, il existe certains cas particuliers :

Dans les transactions B2C, l’accord n’est pas obligatoire si le prospect est déjà client du site marchand ou si l’e-mail de prospection n’est pas utilisé à des fins commerciales.

Dans le secteur B2B, l’e-mail adressé au prospect doit être en rapport avec sa profession. En outre, si l’adresse mail est dans le format contact@nomsociete.fr, cette loi n’est pas applicable.

Les sanctions

Si ces lois sont transgressées, l’e-commerçant sera sujet à une amende ne dépassant pas 750 €.

Qui plus est, envoyer des e-mails commerciaux aux internautes ayant décliné la proposition est une contravention de 4e classe. La sanction implique une amende de 300 000 € et une peine d’emprisonnement de 5 ans.

Réengagement par e-mail

Vous l’aurez compris, il faut donc trouver une autre stratégie de réengagement par e-mail pour aider le client qui n’a pas finalisé son achat. Il faut donc optimiser le contenu des e-mails avant de les envoyer pour éviter les sanctions.

Une campagne e-mail remarketing consiste à abolir de son e-mail les éléments suivants :

  • Codes promos (pour faire bénéficier au client d’une réduction sur le produit)
  • Incitation à l’achat d’un produit en le mettant en valeur
  • Tournure impérative, vocabulaire commercial, CTA

En somme, l’e-mail de réengagement est à utiliser avec tact en informant le client et en l’aidant plutôt que de le pousser à l’achat.

Vous souhaitez vous aussi faire des campagnes d’emailing et capter l’attention de vos clients ? Contactez-nous !

Et n’oubliez pas de nous suivre sur Facebook.

2 Commentaires

  1. Bernard Potier d'Olivier Reply

    Un article très intéressant. La prospection par e mail est aujourd’hui très répondue. Suite à cette nouvelle loi, je pense que les centres de contact doivent réétudier leur approche pour ne pas être pénalisé pour continuer leur activité paisiblement, sans pour autant diminuer leurs chiffres d’affaires liées à la prospection par e mail.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En savoir +

Agence webmarketing

Profitez de l'expertise Tube2Com pour améliorer votre visibilité et vos performances sur internet.

Notre agence de Vannes répond à vos demandes de référencement à Lorient et sur le territoire national.

Rendez nous visite

Tube2Com

6 rue Marcellin Berthelot

56000 Vannes

Contactez nous

02 30 96 60 05

Voir le plan

Mentions légales

RCS : Vannes B 520 911 561

N° TVA intracom : FR93520911561

Centre de formation déclaré sous le numéro 53 56 08754 56

Consulter les mentions

TwitterFacebookNos certifications